Sida du chat : comment le reconnaître et le soigner ?

3 février 2022

Que vous adoptiez votre chat à la SPA ou que vous possédiez déjà un petit compagnon dans votre famille, le sida du chat est un sujet (trop) souvent sous-estimé qui touche quotidiennement nos petites boules de poils. Peut-être n’avez-vous jamais entendu parler de cette maladie, aussi connue sous le nom de FIV chat ? Avec l’aide de notre experte vétérinaire Gaëlle de la chaîne L’instant Véto, on vous dit tout sur les causes et les traitements de cette maladie.

chat qui dort dehors

Qu’est-ce que le FIV chat ?

Concrètement, le FIV chat est une infection virale qui touche les chats. Il s’agit de l’équivalent du VIH chez l’Homme, la phase terminale de l’infection par le FIV correspondant au sida du chat.

Il est d’ailleurs important de dissocier FIV et sida : trop souvent, ces deux mentions sont utilisées à tort ! On parle de FIV lorsqu’il s’agit de la maladie en général. Le sida du chat, quant à lui, correspond à la phase terminale de la maladie.

Ce raccourci est souvent dû au fait que le virus est diagnostiqué extrêmement tard, lorsque la maladie est déjà au stade de sida. 

Reconnaître les symptômes du sida du chat

Il existe différents symptômes du sida du chat. L’infection se fait généralement en trois phases :

  • La première phase correspond au moment où le chat attrape le virus. Les symptômes, qui ne se voient pas énormément, s’apparentent à de la fièvre et cette dernière disparaît rapidement. 
  • La deuxième phase, qui peut durer plusieurs années, correspond au moment où le virus se développe dans le corps du chat sans qu’aucun symptôme n’apparaisse. 
  • Enfin, la troisième phase (aussi appelée phase terminale) correspond au sida du chat. On observe souvent un amaigrissement global du chat, une perte de forme, ou encore une grosse fatigue générale. Ces symptômes s’accompagnent généralement de petites pathologies qui affectent tout le système immunitaire : mycoses, coryzas très sévères, ou parfois (et plus rarement) des symptômes affectant le système nerveux et oculaire.

Quelle est la phase terminale de la maladie ?

Comme nous vous le disions plus haut, la phase terminale de la maladie correspond au sida du chat. C’est lors de cette phase que la santé du chat peut malheureusement se dégrader très rapidement et brutalement. 

Comment le FIV se transmet-il entre les chats ?

Il faut savoir que le FIV se transmet exclusivement d’un chat infecté à un autre – lors de bagarres entre chats, la plupart du temps. Il concerne donc en majorité les chats errants, et les chats domestiques ayant un accès à l’extérieur.

Aussi, il est très rare d’observer une transmission dans l’environnement – c’est-à-dire, sans qu’il y ait un contact direct entre chats. S’il n’a pas d’accès à l’extérieur, votre matou d’appartement peut donc dormir sur ses deux oreilles !

Et sinon, quid de la transmission mère-chaton ? Ici, rassurez-vous : elle est quasi-nulle. Si une infection en provenance de la mère n’est jamais à exclure, c’est ex-trê-me-ment rare. Lorsque cette transmission survient, c’est d’ailleurs plus en périnatale via l’allaitement ou la toilette que lors de la gestation, en intra-utérin. 

Quelle est l’espérance de vie d’un chat infecté du sida ?

L’espérance de vie d’un chat infecté par le sida dépend beaucoup de la date à laquelle il a attrapé le virus. On n’observe pas vraiment de différence entre un jeune et un vieux chat.

Peu importe son âge, l’infection par le FIV reste donc lente. Par exemple, on peut considérer que le FIV n’est pas ce qui entraînera le décès d’un chat d’une quinzaine d’années s’il est infecté tardivement par le virus.

chat gris qui se promène en extérieur

Quels sont les traitements du sida du chat ?

C’est là tout le problème de cette maladie : à l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement contre le FIV. Cela dit, des traitements symptomatiques pourraient bien apaiser les conséquences et effets de la maladie sur votre chat. Demandez conseil à votre vétérinaire !

Quelle alimentation pour un chat FIV ?

Il n’y a pas d’alimentation particulière à privilégier. Si le cas s’applique, on recommandera simplement de respecter la chaîne du froid de sa nourriture, histoire d’éviter la prolifération de germes et autres bactéries. En effet, il ne faut pas oublier qu’un chat souffrant du FIV en phase terminale a un système immunitaire très déficient.

Au-delà du choix de son alimentation, le plus important, c’est qu’il mange régulièrement ! Lorsque le stade final du sida se déclare, le pauvre animal voit son espérance de vie chuter à moins d’un an en moyenne… Au placard les principes diététiques rigoureux, donc : le principal, c’est que votre petit mistigri mange à sa faim.

Comment protéger mon chat contre le sida ?

Malheureusement, et au même titre que les traitements, aucun vaccin n’existe pour le moment. Néanmoins quelques actions préventives peuvent aider. Par exemple, si votre chat n’est pas encore castré c’est le moment d’y songer. En effet, les chats non castrés ont tendance à être plus bagarreurs pour des questions de reproduction. C’est prouvé, la stérilisation diminue le nombre de bagarres et donc, de transmissions du FIV !  

Si même stérilisé il reste bagarreur, vous pouvez essayer quelques options.

  • Commencez par changer ses horaires de sorties afin qu’il ne croise pas ses congénères avec qui il a l’habitude d’en découdre
  • Également, si vous habitez un quartier avec beaucoup de chats errants, mettez-vous en contact avec la SPA afin qu’ils puissent les accueillir dans une structure adaptée

Cependant, il faut rester conscient que lorsqu’on laisse sortir son chat, le risque zéro face à cette maladie n’existe pas. 

Enfin, nous pouvons mettre fin au mythe : le risque de transmission par l’Homme est quasiment nul. Bien entendu, il faut tout de même veiller à régulièrement vous laver les mains (et ce, pas uniquement pour éviter la transmission du FIV 😉).

Stérilisation du chat

Vous l’aurez compris : une des solutions-clés pour prévenir le virus, c’est la stérilisation de votre chat ! D’ailleurs, le faire stériliser n’aide pas uniquement à limiter les risques de transmission du FIV. Cela diminue également fortement le risque de blessures et d’accidents dus à ses sorties à l’extérieur. En effet, un chat stérilisé a tendance à fortement réduire la superficie de son territoire. 

C’est prouvé, un chat stérilisé vit deux fois plus longtemps auprès de son maître ! La stérilisation est également un bon moyen de réduire le taux d’abandon et de maltraitance. Vous n’êtes pas sans le savoir : chaque année, des milliers de chatons se retrouvent abonnés en pleine nature et finissent, pour les plus chanceux d’entre eux, recueillis par des refuges (qui débordent déjà).

Que ce soit pour les chats ou pour les chiens, chez Lovys nous savons à quel point la stérilisation est importante ! C’est pourquoi nous vous proposons une assurance chiens / chats qui rembourse vos frais de stérilisation. Parce que protéger son chat c’est bien, mais le protéger en réalisant des économies, c’est encore mieux.

Découvrez nos formules d’assurance à partir de 9€/mois

en moins de 2 minutes